Dans une salle du Palatinu entièrement acquise à sa cause, la team de Fréderic Ferrandez aura tout tenté mais en vain pour remporter le match des 16es de finale aller contre l’équipe du BBSK Istanbul. Le GFCA a du s’incliner, ne remportant pas les points qui auraient permis de faire la différence mercredi prochain en Turquie.

Retour sur un match engagé.

 

Le BBSK, c’est une équipe de caractère. Une équipe classée 4e dans son championnat après sept journées. Une équipe annoncée parmi les favoris de cette CEV.

Néanmoins, la mise en place tactique de l’entrainement des Diables rouges, ce six de départ victorieux vendredi à Poitiers, aurait pu augurer une meilleure issue pour les Ajacciens. Or malgré les services gagnants, les attaques tranchantes de Timothée Carle sans oublier cette alchimie collective encore et toujours au rendez-vous, les insulaires n’ont pas réussi à défaire leurs adversaires.

 

Les gaziers parviennent à dominer la première manche, mais le temps seulement de quelques points, de beaux points remportés par le pointu Pepic voire de l’attaquant Carle, qui ne rate jamais l’occasion de saisir sa chance. La balle est bel et bien disputée, les échanges sont haletants. Malheureusement, l’espoir de gagner le premier set s’envole. Les Turques prennent l’avantage (20-25).

 

Plus pugnaces en ce début de deuxième set, le gaz améliore la qualité de service et de bloc défense. Les points s’envolent, mais le BBSK n’est jamais loin derrière (9-9 ; 10-10 ; 11-11). Le GFCA tente sans relâche de mener (13-13 ; 14-14). C’est sans appel et sans effet, la formation Turque est un ensemble rôdé, qui parvient à déjouer la plupart des attaques.

 

L’histoire décide alors que l’équipe d’Istanbul prendra l’ascendant sur les Corses, et ce malgré l’entrée de Ludovic Castard au cours du troisième set. En effet, le GFCA ne parviendra pas à revenir au score.

Laure MASSA