Bien mal payé lors de son déplacement à Tours, le GFCA aura besoin de toute la dynamique qu’il sait trouver au Palatinu pour triompher d’une équipe de Montpellier qui s’est déjà installée dans le haut du tableau après quatre victoire en cinq rencontres.

(Source LNV)

Budget à la hausse, recrutement ambitieux, conservation de ses meilleurs joueurs, Montpellier veut retrouver la cour des grands dès la saison prochaine.

La saison passée

Malgré quelques renforts intéressants (Castard, Clark), Montpellier n’a jamais été en mesure de rivaliser avec les meilleures équipes. Longtemps même le club héraultais, fondé en 1941, a navigué en eaux troubles avant de se donner un peu d’air à quelques journées de la fin du Championnat. Un dernier sprint qui lui a presque valu une qualification pour les play-offs mais, comme en 2012, le MVUC a échoué à la neuvième place à l’issue, là-encore, d’une défaite face à Paris. Nommé en début de saison au poste d’entraîneur, Jean-Marc Biasio a été remplacé en janvier par Arnaud Josserand, son prédécesseur alors devenu manager. C’est sous les ordres de l’ancien international que les Montpelliérains ont retrouvé des couleurs et assuré leur maintien en LigueAM.

Les objectifs

Avec un budget à la hausse de 300 000 euros (1.5 million d’euros contre 1.2 la saison passée), Montpellier entend bien franchir un cap pour retrouver son lustre d’antan (sept fois champion de France entre 1947 et 1975). Pour réussir son retour sur le devant de la scène, le club a modifié son organigramme. Philipe Blain, revenu dans son club formateur en cours de saison dernière pour y apporter son expertise, va retrouver le banc pour la première fois depuis la fin de son mandat de sélectionneur national. Fin juin, le nouvel homme fort du MVUC se faisait le porte-parole des ambitions du club héraultais dans les colonnes du Midi Libre. « L’objectif est de viser un titre d’ici les deux, trois ans et de lutter dès cette saison pour une place européenne. » On l’aura compris, c’est bien le haut de tableau que visera Montpellier la saison prochaine.

Le recrutement

Montpellier s’est donné les moyens de ses ambitions. Déjà en conservant la plupart de ses cadres, à commencer par ses jeunes internationaux français Julien Lyneel, Nicolas Le Goff et Franck Lafitte. Les expérimentés Loïc Le Marrec et Philip Schneider ont également prolongé l’aventure. Si Ludovic Castard, Carson Clark et Vincent Duhagon, entre autres, ont quitté le navire, leurs remplaçants ont bien l’intention de les faire oublier. Le passeur Rafael Redwitz (ex-Odinstovo), le réceptionneur-attaquant polonais Mateusz Mika (ex-Gdansk), l’attaquant argentin Ivan Castellani (ex-Puerto San Martin), le libéro autrichien Philipp Kroiss (ex-Aich Dob) et le réceptionneur-attaquant Yacine Louati (ex-Tourcoing) sont venus renforcer un ensemble héraultais dont la profondeur de banc sera plus riche que ces dernières saisons.

Le joueur à suivre

Recrue star du mercato montpelliérain, Rafael Redwitz, quatre fois champion de France avec Paris (3) et Tours (1) entre 2006 et 2012, vient pour se relancer en Ligue AM après une demi-saison compliquée en Russie, à Odinstovo. Fort de son expérience du très haut niveau, le franco-brésilien doit aider son nouveau club à franchir un palier, lui qui a découvert l’équipe de France cet été lors de la Ligue Mondiale. Le MVP du Championnat de France 2008 sera chargé de jouer le rôle de chef d’orchestre au sein de cette équipe prometteuse. S’il retrouve son niveau d’il y a quelques saisons, alors c’est tout un club qui devrait en profiter.