Tours VB – Ajaccio : quel match ! quelle victoire !

Chaque balle a été âprement disputée lors de ce TVB-Ajaccio. Un sens du combat à mettre en exergue, des deux côtés. – (Photos NR, Patrice Deschamps)

Tours VB – Ajaccio : 3-1 Face à une excellente et accrocheuse équipe corse, les Tourangeaux n’ont eu d’autre choix que de sortir un gros, gros match.

 Il fallait les voir exulter. Les joueurs, mais aussi le banc. Exploser de joie, comme un seul homme. Se congratuler comme s’ils venaient de battre une grande équipe de Ligue des champions. Serrer les poings, souffler aussi. Car cet intense bonheur était proportionnel au mal que le TVB s’est donné pour venir à bout d’une équipe d’Ajaccio terriblement coriace. Coriace et talentueuse à l’image de Simovski.

Les heureux spectateurs de ce TVB-Ajaccio, aussi, se levaient comme un seul homme pour faire honneur à Tours, mais également donc aux Ajacciens, les meilleurs adversaires que pouvaient espérer jouer les Tourangeaux trois jours avant de recevoir Piacenza, mercredi.
Car côté intensité, difficile de faire mieux. Du premier au dernier point, chaque ballon a été disputé, arraché. On ne compte pas le nombre de balles sauvées in extremis dans les deux camps, ni celui des attaques foudroyantes.

Les Tourangeaux plus autoritaires sur les fins de set

Dès le premier échange, Ajaccio donnait le ton de ce bras de fer. Simovski plantait une grosse attaque. La première d’une longue série. Ragondet l’imitait et Ajaccio breakait Tours (3-6).
Face à pareille réussite et pareille furie en attaque, le TVB n’avait pas le choix : il devait lui aussi envoyer du lourd. Baranek, Jablonsky s’en chargeaient alors que le block prenait un peu le dessus.
Le score tardait à choisir son camp : 16-14, 18-15, 20-19. Mais une flèche de Baranek, un contre puis une attaque maligne de Pinheiro et, enfin, un dernier missile de Konecny (25-23) avaient raison de l’envie ajaccienne… pour cette première manche !
Car les Corses n’allaient donc rien lâcher. Tout au contraire. Avec une défense de fer, et des attaquants de feu, le GFCA mettait la pression sur le TVB (5-8) d’entrée. Un TVB contraint à sortir lui aussi des coups improbables. Un régal pour le public. Le score restait donc serré. Et cette fois jusqu’au bout. Jusqu’à ce que Jablonsky et Smith ratent deux services, coup sur coup, pour offrir cette manche à Ajaccio (23-25).
La pause avait le bon goût de ne pas couper l’élan de ce match. Encore que Tours paraissait un peu plus apathique. Jaumel, sur un excellent block, faisait le break (5-10) ; Lacassie, de plus en plus chaud, offrait le +6 (7-13). Ajaccio paraissait lancé. Sauf que le TVB relançait son artillerie lourde et bloquait à tout va.
A 17-17, tout était à refaire pour les Corses. Après un ace de Ragondet, Smith effaçait une balle de set d’Ajaccio. Deux fautes en attaque de Simovski permettaient à Tours d’empocher, sur le fil, cette 3e manche.
La tension était à son comble pour ce qui allait être, finalement, le dernier acte. Les égalités s’enchaînaient. Baranek et Konecny répondaient aux attaques de Simovski. A 19-20, Ferrandez tentait un coup de poker en sortant Jaumel, puis Simovski. Un pari osé et finalement perdant : si Cerven, d’un ace, donnait deux balles de set à Ajaccio, Smith sortait le grand jeu au contre et en attaque pour les effacer et donner même une balle de match au TVB.
Lequel n’en aura pas besoin d’une de plus : Lacassie à la faute, Tours pouvait exulter.

la fiche

Les sets : 25-20 en 23′, 23-25 en 24′, 28-26 en 31′, 26-24 en 30′. Les arbitres : MM. Berard et Raguet. 102 points pour Tours : 1 ace (Konecny), 12 contres (Hardy-Dessources 4, Baranek 3, Konecny, Smith 2, Collin 1), 63 attaques (Konecny 23, Baranek 14, Smith 9, Jablonsky 8, Hardy-Dessources 5, Pinheiro 2, Klinkenberg, Collin 1), 26 points sur fautes adverses (dont 13 au service). L’équipe : Pinheiro 2, Hardy-Dessources 9, Konecny 26, Jablonsky 8, Baranek 17, Smith 11, Exiga (libero). Puis Klinkenberg 1, Falafala, Collin 2, Dillies. 95 points pour Ajaccio : 6 aces (Ragondet 2, Dailey, Lacassie, Senger, Cerven 1), 6 contres (Jaumel, Simovski 2, Lacassie, Ragondet 1), 57 attaques (Simovski 21, Ragondet 14, Lacassie 13, Dailey, Senger 3, Jaumel 1), 26 points sur fautes adverses (dont 15 au service). L’équipe : Jaumel 3, Dailey 4, Lacassie 15, Senger 4, Ragondet 17, Simovski 23, Peironet (libero). Puis Martinez, Talia, Cerven 3.

La nouvelle république