Organisatrice du tournoi de Sète durant lequel elle a battu le GFCA -Volley 2 sets à 1, l’équipe de l’Arago, qui a suivi une préparation intense demeure une valeur sure du volley français.

Relisons  l’intéressant article de la LNV sur cette équipe  face à laquelle il n’est jamais facile de jouer.

Deuxième de la saison régulière mais éliminé par Cannes en quarts de finale, l’Arago de Sète part un peu dans l’inconnu pour cette nouvelle saison. Pas assez costaud financièrement, les Héraultais n’ont pu conserver que deux joueurs. Un nouveau cycle débute pour la formation de Patrick Duflos.

La saison dernière

Une belle saison mais comme les quatre dernières“, analyse Patrick Duflos, le coach sétois depuis quatre ans et demi. En effet, les Héraultais ont réalisé une saison régulière solide en terminant deuxièmes derrière Tours, quasiment invincible dans l’Hexagone. “L’Arago a réalisé un championnat performant dans sa régularité grâce à un groupe compétitif autour de Toniutti et Geiler, entre autres” poursuit le Calaisien. Toutefois, les Sétois n’ont pas été à la fête en play-offs. Alors que leur objectif était la finale, les Méditerranéens se sont inclinés en quarts de finale face à Cannes. “C’est regrettable. Deux défaites sèches, face à des Cannois en transe et un Marien Moreau (ancien Sétois revenu de Porto-Rico sur la Côte d’Azur en tant que joker médical) qui nous a fait très mal“.

Les objectifs

Alors qu’un nouveau cycle commence pour Sète, le coach héraultais se veut mesuré pour cette année de transition: “On ne sait pas trop où on va. Nous commençons une nouvelle aventure avec un nouveau groupe alors que nos adversaires se sont renforcés, parfois chez nous (Trèfle est parti à Chaumont et Sol à Narbonne, ndlr).” S’il est difficile de donner un objectif chiffré (“une place en play-offs serait une belle récompense“), Patrick Duflos évoque plutôt un objectif sportif “avec une équipe qui devra conserver les valeurs de l’Arago c’est-à-dire le combat et le beau jeu. Un groupe qui, et j’y tiens beaucoup, devra faire plaisir à notre public de la Halle du Barrou“. Toutefois, lors du Tournoi de Sète (21-22 septembre) les Héraultais ont battu Ajaccio et Cannes avant de s’incliner contre Toulouse, en finale. Au vu de ses moyens financiers, Sète a l’habitude de faire “profil bas” en début de saison mais se retrouve souvent devant des clubs plus riches grâce, quand même, à un technicien hors pair et un formidable meneur d’hommes: Patrick Duflos. Alors attention, à Sète on a l’habitude de noyer le poisson quand il faut évoquer les objectifs…


Le recrutement

L’Arago n’a conservé que deux joueurs du groupe de l’exercice précédent, Lukas Bauer et Frédéric Barais. “Nous n’en avons pas conservé d’autres. On a tout changé ! Nos joueurs emblématiques, Toniutti et Geiler notamment, sont partis pour donner un nouvel élan à leur carrière à l’étranger“, explique Patrick Duflos. Sète a donc dû reconstruire une équipe avec ses moyens financiers traditionnels… qui sont très limités. Alors le club a recruté malin et pas (trop) cher. Ainsi l’ancien libéro toulousain, Nicolas Rossard, le passeur Toafa Takaniko, les Rennais Keith Pupart et Thomas Lamoise et Pavel Bartik, entre autres, sont arrivés dans le Sud: “Toafa est l’un des tous meilleurs passeurs français et nous avons voulu relancer Pavel Bartik comme nous l’avons fait avec d’autres joueurs les années précédentes”. Des moyens financiers limités disions-nous ? Jugez plutôt: l’effectif de l’Arago sera composé de 9 joueurs professionnels et 3 aspirants autour du capitaine Lukas Bauer. Pas étonnant que le président héraultais, René Game, souhaite “élargir notre cercle de partenaires privés pour conforter un club d’une extrême fragilité” lors de la présentation officielle de l’équipe mi-septembre.

Le joueur à suivre: Toafa Takaniko

Si l’Arago a fait le pari de relancer Pavel Bartik, l’un des meilleurs marqueurs du championnat, Duflos fonde beaucoup d’espoirs sur son nouveau passeur Toafa Takaniko. Arrivé de Nantes, le successeur de Benjamin Toniutti “arrive à maturité à 28 ans. Le Wallisien a tout du passeur moderne: il a un jeu rapide et donc intéressant pour les ailes, il est physique avec son 1m92 et pourra servir au bloc, il a un bon service et, pour couronner le tout, il est combatif. Tout pour plaire à Sète“. Et c’est un ancien passeur qui le dit !”

– passeur = Takaniko, Le Vot
– recept/attaque = Barais, Pupart, Lamoise, Hervoir
– central = Bauer, Vigrass, Lorsheijd
– pointu = Bartik
– libéro=  Rossard

– Arrivées : Takaniko (Nantes),  Rossard (Toulouse), Pupart (Rennes), Bartik (Beauvais), Vigrass (Canada), Lars Lorsheijd (Maaseik), Lamoise (Rennes).

 

Sète