Dernier de la poule avec 5 points les Spacer’s recevront le GFCA le 8 novembre prochain. Un déplacement pas aussi facile qu’il n’y parait à ce stade de la compétition.

(Source LNV)

Douzième la saison passée, Toulouse aborde la nouvelle saison avec prudence. Cédric Enard, lui, espère que la mayonnaise va prendre rapidement avec les nouveaux joueurs Radtke, Tavana, Santucci et Milushev.

La saison passée : Le bilan comptable des Spacer’s n’a pas pesé bien lourd lors du dernier exercice (26 points, 9 victoires, 17 défaites), la faute à une première partie de saison délicate qui n’a vu les Spacer’s enregistrer que trois petits succès pour neuf points pris. « La première moitié de saison a été pénible. Mon pointu Damiao a eu des soucis, ça a amené un problème de rendement collectif. Quand il s’est blessé, on a eu l’arrivée en joker médical d’Evan Patak qui a rééquilibré l’équipe. On a fait une deuxième partie de saison très intéressante avec un bon niveau de jeu. Les jeunes étaient libérés et pouvaient exploiter beaucoup plus leur potentiel », savoure Cédric Enard, conscient d’avoir évité de justesse un aller simple pour la Ligue BM. « Heureusement qu’on fait cette deuxième partie de saison parce qu’Avignon a engrangé pas mal de points sur la fin. Sinon on frôlait la catastrophe. On s’est rendu compte que l’absence d’un joueur majeur dans une équipe au budget serré comme la nôtre se ressentait vite. Mais on avait une équipe qui pouvait performer, et on l’a vu sur la deuxième partie de saison et en Coupe de France. C’était la cerise sur le gâteau. On a bousculé Tours en finale ».

Les objectifs : « L’objectif est simple, ce sera de jouer le maintien ». Comment pouvait-il en être autrement ? A l’heure de dévoiler les ambitions de sa formation, Cédric Enard a prôné une extrême prudence. « Dire qu’on veut jouer les play-offs, oui, évidemment qu’on en a envie. On a faim. Dans l’absolu, il faut aller les jouer, on est tous des compétiteurs. Mais il faut être lucide, on fait partie des budgets les plus faibles de notre championnat. Il ne faut pas faire de plan sur la comète, ne pas s’enflammer », admet l’entraîneur du club de la Ville rose qui sait que la clé du succès résidera dans trois critères : « Travailler, faire en sorte que la mayonnaise prenne assez vite avec les nouveaux joueurs et remettre en place une mentalité d’équipe prête à aller au charbon ensemble ». Voilà les conditions qui pourraient permettre aux Spacer’s de sortir leur épingle du jeu dans un championnat toujours plus « homogène » et qui ne cesse de « se densifier ».

Le recrutement : Alors qu’il dispose de l’une des plus petites masses salariales de Ligue AM, Cédric Enard n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. Il est pourtant parvenu à « optimiser l’enveloppe » et à enrôler quatre renforts, les centraux brésilien et américain André Radtke (2m01) et Futi Tavana (2m03), le libéro argentin Facundo Santucci (1m86) et le pointu bulgare Danail Milushev (2m). Autant de joueurs qui « ont envie de se montrer », des propres dires du coach des Spacer’s, globalement satisfait du recrutement opéré par son club. « Ces joueurs ont tous des projets individuels qui doivent nous permettre d’avoir un beau projet collectif. Mais ce ne sont que des paroles, on verra sur le terrain ». Pour le reste, Enard, fidèle à sa ligne de conduite, s’appuiera sur ses jeunes pousses et continuera à leur « donner du temps de jeu et des responsabilités ». A noter que N. Rossard, Perez, Hein, Vandaele, Damiao et Patak ont quitté le navire toulousain à l’intersaison et que Thibault Rossard et Diogenes Zagonel ont prolongé leur contrat jusqu’en 2015.
Le joueur à suivre : Thibault Rossard

Du haut de ses 19 ans, Thibault Rossard a tout d’un grand… ou presque. Régulièrement sollicité par Cédric Enard sur les deux dernières saisons, cet international français junior issu du CNVB a la confiance de son entraîneur, lequel entend bien voir son jeune protégé prendre une nouvelle dimension au sein de son effectif. « On mise sur l’éclosion définitive de Thibault, en espérant qu’il soit capable de faire une saison pleine. Il a déjà fait deux ans avec moi. Il a eu des périodes de jeu intéressantes mais n’a jamais fait de saison pleine. On espère le voir prendre sa place de manière stable dans l’effectif », a réagi le technicien des Spacer’s, avant de mettre en exergue les qualités de son poulain : « C’est un bon attaquant qui se trouve bien avec le passeur en jeu rapide. Il a une bonne variété dans le jeu, un service très intéressant et un bon potentiel en réception mais qu’il va devoir stabiliser un peu plus pour devenir un très bon réceptionneur-attaquant. On va travailler avec lui là-dessus ».